Notre métier, vous faire rêver !

Comment Philippe BONNEMANN est devenu magicien

Philippe Bonnemann, magicien, animations de soirées, organisations événementielles, spectacle de magie et spectacle humoristique

OUEST FRANCE 2007


Lorsqu’il enfile son costard, le magicien Philippe Bonnemann casse la baraque. C’est « le haut de gamme »

D’un regard malicieux, Philippe Bonnemann le magicien même sous la torture ne dira rien de ses secrets, sauf sa motivation de faire plaisir au spectateur.

Il affiche 30 ans de métier, des centaines de tours, des spectacles en France et à l’étranger, un passage télé au « Plus grand cabaret du monde ».

Un CV copieux qu’il doit finalement « un peu » à son travail et beaucoup à son père, qui soignait son asthme à Cauterets.

Pendant ses vacances, le p’tit Philippe respire ainsi le bon air des montagnes. Sur la place du marché de la station thermale, un dénommé Renelys séduit les touristes avec ses belles entourloupes. « Moi aussi, je suis resté scotché. »

Tellement qu’à 10 ans, il achète un ouvrage et apprend les 100 tours qu’il contient. « Je suis revenu l’année suivante en disant à Renelys : je les connais tous. » Impressionné par ses aptitudes manuelles, le maître prend le gamin sous son aile.

Philippe Bonnemann vit ses étés dans l’ombre de l’artiste, apprenant son baratin, ses trucs, affinant déjà sa connivence avec le public, lui si timide. Close-up, grande illusion, l’adolescent, tenace, s’entraîne.

Il poursuit ses études, travaille comme commercial. Le week-end venu, Philippe brille sur scène.

Doucement, il entre dans le cercle restreint des professionnels, se fait un nom, est repéré par un agent. « Il n’y a aucune école, il faut être très motivé, gagner petit à petit la confiance et avoir quelqu’un qui croit en vous.

Ça n’a pas été facile, la porte est fermée à triple tour... » A 33 ans, abracadabra !, il se lance dans ce job qui ne supporte aucune imperfection.

Il vit de ses farces spectaculaires avec Emmanuelle, sa blonde épouse et partenaire, qui l’a suivi dans ses numéros, même coupée en morceaux... « J’ai toujours autant envie de donner du plaisir. J’aime montrer ce que je sais faire », confie Philippe Bonnemann.

Il se réjouit de voir que la France « compte une magie vivante, avec des clubs d’amateurs fédérateurs de talents. » Sur ses trucages, on n’en saura pas plus.

Le magicien a prêté serment. Finalement, c’est Emmanuelle qui a raison : « Garder le mystère, c’est toujours plus beau. Je veux rester comme les enfants. »